Message d'erreur

  • Notice : Undefined index: body dans include() (ligne 21 dans /var/alternc/html/i/inadesfo/alertefoncier.org/sites/all/themes/zap/templates/views/livre/views-view-fields--bibliotheque--block.tpl.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans include() (ligne 21 dans /var/alternc/html/i/inadesfo/alertefoncier.org/sites/all/themes/zap/templates/views/livre/views-view-fields--bibliotheque--block.tpl.php).
  • Notice : Undefined index: body dans include() (ligne 21 dans /var/alternc/html/i/inadesfo/alertefoncier.org/sites/all/themes/zap/templates/views/livre/views-view-fields--bibliotheque--block.tpl.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans include() (ligne 21 dans /var/alternc/html/i/inadesfo/alertefoncier.org/sites/all/themes/zap/templates/views/livre/views-view-fields--bibliotheque--block.tpl.php).

ALERTE-Foncier participe à un atelier organisé par son partenaire le CCFD-Terre Solidaire

Publié le: 
Il y a 10 mois 3 jours

La Côte d’Ivoire dispose d’un fort potentiel agricole qui est en forte croissance : deux plans nationaux d’investissement agricole (PNIA) se succèdent depuis 2010 dans le cadre de la relance économique suite à la crise post-électorale. Le secteur agricole représente environ 20-25% du PIB et 40% des recettes d’exportation. A la fin du PNIA en 2015, les autorités se félicitaient que 91% des Ivoiriens pouvaient se nourrir sans difficulté. L’agriculture de rente occupe une place importante bien que les efforts du gouvernement soient aussi déployés sur les cultures vivrières. Pour financer les PNIA, l’Etat ivoirien compte en grande partie sur les investissements privés. Pour les capter, il a mis l’accent sur « l’amélioration de la gouvernance du secteur agricole ». La série de réformes du cadre juridique, institutionnel et opérationnel de sécurisation du foncier rural engagée par l’Etat depuis 2013 s’inscrit dans cette perspective. Ainsi, entre septembre 2012 et décembre 2015 sur les 1 294 milliards FCFA d'investissements mobilisés par l’Etat ivoirien 61,1% ont émané des partenaires techniques et financiers (dont la France via le C2D), 21,7% des privés et 17,2% de l'Etat. En menant une politique libérale et en cherchant à augmenter l’exploitation industrielle des ressources, l’Etat ivoirien met en mal les équilibres sociaux, économiques et environnementaux des populations vivant dans les zones rurales et hypothèque la sécurité et la souveraineté alimentaires. C’est donc pour échanger sur ces préoccupations que le CCFD Terre Solidaire a convié ses partenaires ivoiriens (ALERTE-Foncier, PANAFCI, CSCI, COPAGEN, et CONVERGENCE) travaillant sur les enjeux agricoles et fonciers à un atelier intitulé « Atelier d’échanges sur les problématiques agricoles et foncières » le mercredi 19 septembre 2018 à Inades-Formation. L’objectif principal de l’atelier était de partager les expériences en matière de plaidoyer et réfléchir à des stratégies communes de plaidoyer. Plusieurs communications ont été faites lors de l’atelier. Il s’agissait des analyses d’ALERTE-Foncier et de la PANAFCI sur le projet de loi modifiant la loi de 98, les analyses du CCFD et d’Inades-Formation sur la problématique de l’insécurisation foncière via la contractualisation et les pôles de croissance, les modèles de suivi des initiatives ou politiques de développement du CCFD et de la CSCI. L’autre aspect de l’atelier a été les travaux en groupe pour traiter de la manière dont la société civile ivoirienne participe au suivi de la politique nationale agricole, des difficultés et des opportunités pour faire le plaidoyer en Côte d’Ivoire. Au terme de l’atelier, il est ressorti la nécessité pour les plateformes de travailler ensemble pour porter collectivement des positionnements sur les politiques foncières et agricoles.

Actualité: 

Analyses et propositions sur le foncier en Côte d’Ivoire

NOS PARTENAIRES

logo-ccfd